buy zoloft ambulatory improvement buy clonidine process care buy strattera AIHA Coverage cells buy lexapro Langerhans Conference buy neurontin education buy coumadin coinsurance
buy tetracycline online

Tag: anarchie

Démocratie : histoire d’un malentendu

Pour Francis Dupuis-Déri, la démocratie n’est pas celle que l’on croit et son histoire est encore plus méconnue. Détestée et ridiculisée pendant des siècles, la démocratie était vue comme le pire des régimes pendant des générations en Occident. Dans Démocratie. Histoire politique d’un mot (Lux éditeur, 2013), le professeur au Département de science politique de l’UQAM conclut avec fracas : le Canada n’est pas une démocratie et ne l’a jamais été.

L’altermondialisme présenté par Francis Dupuis-Déri

Francis Dupuis-Déri (FDD) est professeur de sciences politiques à l’UQAM. Dans son dernier livre, L’Altermondialisme (Boréal, 2000), FDD a mis de côté son habituelle plume pamphlétaire pour décrire à un public non initié toutes les composantes des mouvements altermondialistes d’aujourd’hui.

FDD a accepté l’invitation des Publications universitaires et s’est déplacé aux studios de CHOQ FM pour présenter, en somme, ce qu’on retrouve dans son dernier livre. Voici plusieurs questions qui ont été abordées dans cette entrevue :

  • On dit souvent du mouvement altermondialiste qu’il est anti-américain. Est-ce le cas?
  • Quelles sont les principales cibles de la critique altermondialiste?
  • Que sont les black blocs ?
  • De quelle façon les altermondialistes envisagent-ils les médias?
  • Quels sont les grandes figures et les grands moments de l’altermondialisme dans le monde ?
  • Quel est le rôle des forums sociaux dans l’univers altermondialiste?
  • Pourquoi l’altermondialisme attire-t-il plus l’attention de la police que les autres mouvements?
  • Quel bilan FDD fait-il de l’existence du mouvement altermondialiste depuis ses débuts?

Pour écouter l’entrevue, cliquez sur le lecteur ci-dessous :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Vous pouvez également télécharger l’entrevue en format MP3 en cliquant ici.

Les mouvements étudiants des années 60

Le caractère général de la grève [édutiante d’octobre 1968] masque le fait que la révolte fut menée par un très petit cercle de personnes. On a tendance à oublier que la plus grande partie des étudiants ne s’est guère sentie concernée par les grèves et que les « anti-occupationniste » formaient une cohorte beaucoup plus importante que la minorité agissante qui harcelait les administrations collégiale […] la révolte étudiante fut le fait d’un petit groupe déterminé dont les actions, accomplies à l’intérieur de l’enceinte close des collèges, étaient réverbérées et amplifiées au point de donner l’impression que la population étudiante entière se massait derrière les meneurs
(Jean-Philippe Warren, Boréal, 2008)

Cette semaine Les publications universitaires se sont entretenues avec Jean-Philippe Warren, professeur de sociologie et titulaire de la Chaire de recherche sur le Québec à l’Université Concordia. Dans son dernier livre, Une douche anarchie (Boréal, 2008), Jean-Philippe Warren déconstruit plusieurs mythes entourant les mouvements étudiants des années 1960.
Tous les sujets suivants ont été abordés lors de cette entrevue :

  • Pourquoi décrire les années 68 comme une douce anarchie?
  • Pourquoi parler de la révolte d’octobre 68 au Québec plutôt que de révolution ?
  • Pourquoi les étudiants se révoltaient-ils?
  • Qu’est-ce que le paradoxe de Tocqueville?
  • Est-ce que les jeunes d’aujourd’hui sont apolitiques par rapport aux jeunes des années 60?
  • Est-ce que les étudiants québécois ont été violents dans les années 60?
  • Le marxisme a-t-il été une force politique au Québec?
  • Le mouvements marxiste-léniniste était-il uni ou fragmenté?

Pour écoutez cette entrevue, cliquez sur le lecteur ci-dessous.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Vous pouvez également télécharger cette entrevue en format MP3, en cliquant ici.

Anarchie et éducation (entrevue avec Normand Baillargeon)

Auteur anarchiste et professeur à la faculté d’éducation de l’UQAM, Normand Baillargeon publie beaucoup. Qu’il s’agisse de monographies, de collectifs ou de traductions, Normand Baillargeon a publié plus d’une dizaine de titre depuis les trois denières années. L’équipe de publications universitaires s’est entretenue avec l’essayiste. Trois de ses livres les plus populaires ont été abordés :

  1. Petit cours d’autodéfense intellectuelle;
  2. L’ordre moins le pouvoir; et,
  3. Une traduction de Mémoire d’un esclave de Frederick Douglass.

Dans l’entrevue, il a été question de plusieurs sujets, dont :

  • l’influence des médias dans la construction de l’opinion publique;
  • des fondements de l’anarchisme;
  • de la manipulation par les faits;
  • des incompatibilités idéologiques entre anarchie et libertarianisme;
  • de la guerre civile espagnol;
  • des liens idéologiques entre l’anarchisme et le féminisme.

Pour écouter l’entrevue, cliquez sur le lecteur ci-dessous. Vous pouvez également télécharger l’entrevue en cliquant ici.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.