buy zoloft ambulatory improvement buy clonidine process care buy strattera AIHA Coverage cells buy lexapro Langerhans Conference buy neurontin education buy coumadin coinsurance
buy tetracycline online

Anatomie du conservatisme québécois

Frédéric Boily est professeur agrégé au Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta. Depuis 10 ans, il s’intéresse à l’extrême droite française de Jean-Marie Le Pen, au chanoine Lionel Groulx, au conservateur de l’Ouest, Stephen Harper, ainsi qu’à Mario Dumont. Dans son livre, Le conservatisme au Québec : une tradition oubliée (PUL, 2010), il analyse l’empreinte de ce courant qui a été camouflé, dit-il, par l’omniprésence de 40 ans de débats sur la question nationale. Ce Québécois qui vit à Edmonton a accordé une entrevue haute en contenu pour mieux saisir la logique fondamentale de cette force de droite qui a traversé les différentes époques jusqu’à aujourd’hui.

Le travail et les femmes

Marie-Pierre Boucher est postdoctorante en sociologie et chercheuse à l’Institut de recherche et d’études féministes de l’UQAM. En plus d’enseigner la sociologie des inégalités, elle s’intéresse beaucoup aux dynamiques du désir. Dans le collectif Georges Bataille, interdisciplinaire (Tryptique, 2009), elle s’est penchée sur l’interdit moral qui circonscrit le désir en approfondissant l’idée de transgression qui a fait la réputation de l’écrivain français de la première moitié du XXe siècle. En plus de cet axe d’analyse, elle sera avec nous pour penser la difficile relation qui se noue entre l’argent et l’intimité dans le monde de la prostitution tel qu’elle en fait l’exposé dans sa première monographie : Sexe inc. (Poètes de brousse, 2010).

En deuxième partie, le sociologue Stéphane Kelly nous présente son essai À l’ombre du mur. Trajectoires et destin de la génération X (Boréal, 2011). Dans cet ambitieux ouvrage, l’auteur démontre que cette génération d’individus, pour la plupart nés durant les années 60, se distingue par les transformations vécues dans le domaine de la vie intime : les rôles hommes-femmes, les rapports parents-enfants, le plaisir, le bonheur.

Histoire de la peine de mort

Pascal Bastien, professeur d’histoire moderne à l’UQAM, a épluché les archives les plus sombres de l’histoire judiciaire. Son projet était ambitieux : comprendre la signification sociale de la peine de mort au début de la modernité à Paris et à Londres. Pour lui, la peine de mort telle qu’elle était pratiquée du début du XVIe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle ne doit aucunement être réduite à l’acte de punition par la destruction des corps. Cette pratique, très présente à une époque qui ne recourrait que rarement à l’incarcération, était essentielle au maintien du lien social. Voilà la thèse, frappante, qu’il défend dans le livre qu’il a écrit et qui n’aide pas à dormir Histoire de la peine de mort, Paris-Londres, de 1500 à 1800 (Seuil, 2011).

Altermondialisme et forums sociaux

Dorval Brunelle, professeur au Département de sociologie de l’UQAM, a analysé tous les traités de libre-échange qui ont façonné l’intégration des Amériques depuis 30 ans. Le directeur de l’Institut d’études internationales de Montréal, qui avoue ne plus se rappeler exactement du titre de chacun de ses nombreux livres, sera avec nous pour parler de Chronique des Amériques; une compilation des analyses des divers traités, sommets économiques et forums sociaux qui orientent le développement continental depuis le début de notre siècle. Le sujet principal de son dernier livre entoure l’opposition citoyenne qui a mené à l’échec du projet de création de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA). L’abandon de la ZLÉA, le 11 septembre 2001 et la mobilisation contre le Sommet de Québec 2001 correspondent, dit-il, à des moments clés pour comprendre l’état de la situation de notre continent en ce qui a trait aux échanges, à la coopération et à l’intégration économique.

Lutte au terrorisme et présence canadienne en Afghanistan

Pierre-Alain Clément a complété une maîtrise en affaires publiques et une autre en sécurité internationale. Chercheur à l’Observatoire sur le Moyen Orient de la Chaire Raoul-Dandurand, en plus de clarifier le concept de terrorisme, il sera avec nous pour dresser un état des lieux de la lutte contre Al-Qaïda depuis le 11 septembre 2001. Le titre de son livre est bien clair. La lutte au terrorisme international n’est pas terminée : G.I. contre Jihad : le match nul.

En seconde partie, le politologue Francis Dupuis-Déri sera des nôtres pour une analyse critique de la présence canadienne en Afghanistan. L’Armée canadienne n’est pas l’armée du Salut est le recueil de toutes les interventions qu’il a publiées dans divers revues et journaux depuis le début de la présence canadienne au sein des frontières de cette République islamique d’Asie centrale.

Livres outils pour jeunes chercheurs

Pour éviter de laisser à eux-mêmes les nombreux étudiants des cycles supérieurs, voici un programme triple qui fait le portrait de tout ce que le jeune chercheur doit savoir avant de faire son entrée dans le monde de la recherche académique.

Pierre Mongeau est professeur titulaire et directeur du Département de communication sociale et publique de l’UQAM. Son expérience en tant que directeur de nombreux mémoires lui a permis d’écrire un livre très utile pour celui qui entre dans la dernière année du deuxième ou troisième cycle universitaire. Rédiger son mémoire ou sa thèse : côté jeans et côté tenue de soirée explique de façon concise les sept étapes nécessaires du processus ultime du parcours du candidat à la maîtrise ou au doctorat.

Jean-François Payette est doctorant en sciences politiques à l’UQAM. En compagnie de Lawrence Olivier, il a publié Argumenter son mémoire ou sa thèse. En plus d’énoncer plusieurs écueils à éviter lors de la rédaction de ces documents, leur livre expose les meilleures formules argumentatives pour persuader le jury qui aura à évaluer la validité des résultats de recherche.

Pierre Cossette a écrit le livre que tous les étudiants de doctorat attendaient depuis longtemps. Avec près de 30 ans d’expérience comme chercheur et évaluateur de publications savantes, il a mis sur pied une formule à suivre pour avoir du succès dans le monde de la recherche universitaire. Il sera avec nous pour parler de son livre : Publier dans une revue savante : les dix règles du chercheur convaincant.

Commanditaire
Merci au magazine Affaires universitaires pour son soutien.

Décortiquer l’immigration au Québec

Guillaume Marois, doctorant à l’INRS de Montréal, a remporté le prix du meilleur mémoire de maîtrise portant sur la démographie canadienne. Benoît Dubreuil, postdoctorant en philosophie à l’UQAM, a coordonné le site politiquessociales.net pendant plusieurs années. Tous les deux, ils ont décidé de s’attaquer à un mythe solidement ancré au Québec. Dans Le remède imaginaire : pourquoi l’immigration ne sauvera pas le Québec, ils avancent contre le courant de l’opinion populaire. Ils défendent, quantité de chiffres à l’appui, qu’une ouverture accrue à l’immigration ne sera d’aucune utilité pour freiner le vieillissement de la population ou pour combler les diverses pénuries de main-d’oeuvre que connaîtra le Québec dans les prochaines années.

Un livre pour la fin
Entretien avec André Poupart, professeur honoraire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, à propos de son essai Adaptation et immutabilité en droit musulman : l’expérience marocaine.

Commanditaire
Merci au service de location de caméra Loucam pour son soutien.

Laïcité, un débat sans frontières

Micheline Milot n’en est pas à son premier livre sur la laïcité. Depuis plusieurs années, elle donne des conférences partout dans le monde sur ce sujet qui interpelle sensiblement toutes les sociétés démocratiques. La thèse de son dernier livre est bien claire : la laïcité n’est pas l’exclusivité de la France; une diversité de modèles laïcs existe dans le monde. La codirectrice du Centre d’études ethniques des universités montréalaises et professeure au Département de sociologie de l’UQAM, sera avec nous pour parler du livre très attendu qu’elle a signé avec Jean Baubérot : Laïcités sans frontières.

Commanditaire
Merci au magazine Spirale pour son soutien.

Le Devoir sous Henri Bourassa et Gérard Filion

Pierre Anctil a lu tous les éditoriaux du journal Le Devoir de sa fondation en 1910 jusqu’au départ de son fondateur, Henri Bourassa, en 1932. Sur un total de 6 600 textes recensés, il n’en a conservé qu’une soixantaine. Le professeur d’histoire à l’Université d’Ottawa sera avec nous pour parler des grandes orientations intellectuelles et politiques de ce journal pendant les 22 premières années de son existence telles qu’on peut les découvrir dans son livre : Fais ce que dois : 60 éditoriaux pour comprendre Le Devoir sous Henri Bourassa.

Notre deuxième invité, Michel Lévesque, est politologue et historien. Il s’est consacré lui aussi à ce même exercice d’hyperécrémage. Il a lu et classé tous les éditoriaux du même quotidien tels qu’ils ont été publiés sous la direction de Gérard Filion de 1947 à 1963. Il sera avec nous pour parler de son livre : À la hache et au scalpel : 70 éditoriaux pour comprendre Le Devoir sous Gérard Filion.

Commanditaire
Merci au Devoir pour sa contribution à la visibilité de cette émission.

Paradis fiscaux, souveraineté criminelle

Alain Deneault est docteur en philosophie de l’Université Paris VIII, chargé de cours et postdoctorant en sociologie à l’UQAM. Il sera avec nous pour questionner le pouvoir grandissant que détiennent les paradis fiscaux dans l’économie contemporaine. Son livre Offshore : paradis fiscaux et souveraineté criminelle est le premier livre québécois qui vise à circonscrire l’objet nébuleux qu’est l’offshore et qui permet de comprendre toute la puissance que ces entités ont amassée en faisant fi des règles des sociétés démocratiques. Nous profiterons également de sa présence pour tenter de faire le pont entre la sociologie des paradis fiscaux et la philosophie de l’argent de Georg Simmel en parlant de la traduction qu’il a fait du livre L’argent dans la culture moderne et autres essais sur l’économie de la vie et en explorant la contribution qu’il a faite dans Georg Simmel et les sciences de la culture.

Un livre pour la fin
André Poupart est professeur honoraire à la Faculté de droit de l’Université de Montréal. Il sera avec nous pour parler de l’évolution du droit en terre d’Islam en répondant à quelques questions à propos de son livre Adaptation et immutabilité en droit musulman : l’expérience marocaine.

Commanditaire
Merci à la Faculté des sciences humaines pour son soutien.

Histoire politique du Québec. Entrevue avec Éric Bédard

Éric Bédard est professeur d’histoire à la TÉLUQ. Il sera avec nous pour parler de l’histoire politique du Canada français d’après les rébellions des patriotes. Son livre Les Réformistes : une génération canadienne-française au milieu du XIXe siècle lui a valu le premier Prix de la Présidence de l’Assemblée nationale.

Pour approfondir l’histoire politique de la belle province, Éric Bédard et Mathieu Bock-Côté, candidat au doctorat en sociologie à l’Université du Québec à Montréal, nous parleront aussi de leurs contributions dans Duplessis : son milieu, son époque et dans Histoire intellectuelle de l’indépendantisme québécois.

Commanditaire
Merci aux Cahiers de lectures pour le soutien.

L’extrême droite québécoise. Entrevue avec Jean-François Nadeau

Jean-François Nadeau est historien et directeur des pages culturelles au journal Le Devoir. Biographe spécialiste des personnages politiques, il sera avec nous pour rappeler la vie des deux derniers monuments de l’extrême droite québécoise. Nous consacrerons la première partie de l’émission à l’adaptation de sa thèse de doctorat, Robert Rumilly : l’homme de Duplessis; et l’autre à Adrien Arcand : führer canadien. Le fondateur du journal Le Couac et de la maison d’édition Comeau-Nadeau nous présentera également le livre qu’il a dirigé pour célébrer le 100e anniversaire du quotidien d’Henri Bourassa : Le Devoir – un siècle québécois.

Un livre pour la fin
Jean-François Lessard, postdoctorant et chargé de cours en science politique à l’UQAM, est d’avis que le nazisme n’est pas en contradiction avec la modernité, mais que cette idéologie est un des multiples traits qui la compose. C’est la thèse qu’il défend dans le livre Le nazisme et nous : la modernité et ses dérapages.

Commanditaire
Merci aux Cahiers de lecture pour leur soutien.