buy zoloft ambulatory improvement buy clonidine process care buy strattera AIHA Coverage cells buy lexapro Langerhans Conference buy neurontin education buy coumadin coinsurance
buy tetracycline online

Prostitution et traite des êtres humains (entrevue avec Richard Poulin)

Une véritable ligne de fracture oppose ceux qui définissent la prostitution comme un « travail » et une vente de « services sexuels », qui veulent la faire reconnaître comme un choix […] et ceux pour qui le système prostitutionnel est une des formes de la violence faite aux femmes, une disposition du pouvoir masculin et une violation des droits (Richard Poulin, CRS-UQAM, 2008)

Entrevue avec Richard Poulin, 35 minutes, MP3.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Richard Poulin a publié près de 30 livres sur les thèmes de la prostitution, de la violence sexuée et de l’exploitation sexuelle. Pour lui, la façon dont on parle de la prostitution de nos jours relève de l’euphémisme. La prostitution, dit-il, n’est pas qu’un service en échange d’argent, elle constitue «une institution sociale à l’usage quasi exclusif des hommes». «Essentiellement vouée au plaisir masculin», les hommes ne vont pas nécessairement chercher dans cette activité que de la sexualité, mais aussi pour exercer un rapport de pouvoir. C’est pourquoi Richard Poulin refuse d’employer le terme client et préfère celui de prostitueur,  un terme qui met en évidence le rapport de force des relations sociales et individuelles qu’il étudie depuis 30 ans maintenant.

Selon ce qu’on peut lire dans l’article qu’il a publié dans Les Cahiers de recherche  sociologie du département de sociologie de l’UQAM, au Canada, environ 80% des adultes en situation de prostitution ont commencé à l’adolescence. « L’âge moyen de recrutement, souligne-t-il, tourne autour de quatorze ans. Le même phénomène est noté dans les autres pays capitalistes dominants. Dès lors, l’opinion selon laquelle la grande majorité des personnes en situation de prostitution exercent un libre choix de travail relève de la profession de foi. »

Le parcours de vie des personnes prostituées est souvent lié à une enfance trouble, on observe souvent un passage « de la prostitution occasionnelle de survie à la prostitution régulière ». Ainsi, dit-il,  «les agressions sexuelles dans l’enfance étant l’une des grandes causes de la fugue des jeunes. [Des] recherches montrent un lien étroit entre la probabilité d’intégrer la prostitution et le fait de quitter le milieu familial à un âge précoce d’avoir été victime de violence sexuelle dans l’enfance et dans le cas des jeunes hommes, d’avoir subi des discriminations et des violences dues à leur orientation sexuelle».

Les arguments de Richard Poulin ne s’arrêtent pas à l’analyse du profil familial et psychologique des femmes prostituées, les thèmes de la violence, de l’agression et du suicide reviennent souvent dans ses dernières publications. Comme il le souligne, « les femmes prostituées au Canada connaissaient, au début des années 1990, un taux de mortalité quarante fois supérieur à la moyenne nationale et risquaient vingt fois plus l’assassinat. Ces taux sont peut-être encore plus élevés : les femmes prostituées seraient de soixante à cent vingt fois plus souvent agressées physiquement et victimes d’assassinat que tout autre groupe social. Chez les escortes, les tentatives de suicide et les taux de suicide sont les plus élevés au pays, toute catégorie sociale confondue ».

Pour Richard Poulin, qui ne cache pas ses postulats marxistes, l’argent public doit servir prioritairement à lutter contre la prostitution en soi plutôt que de viser à améliorer les conditions de cette activité. Selon lui, plutôt que d’aménager politiquement une zone légale qui favorise cette activité et qui en amplifie la présence sociale, mieux vaut offrir de façon soutenue une réinsertion sociale dans le monde de l’emploi, hors de la drogue et des milieux prostitutionnels.

Le professeur de sociologie de l’Université d’Ottawa a accepté l’invitation des Publications universitaires et s’est rendu aux studios de CHOQ FM pour parler de ses dernières publications. Pour écouter cette entrevue, cliquez sur le lecteur du haut de cette page.

Bibliographie de l’entrevue
a) Cahiers de recherche sociologique, no. 45 (Liber, 2008)
b) Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux (L’Interligne, 2009)
c) Les meurtres en série et de masse (Sisyphe, 2009)
d) Abolir la prostitution, manifeste (Sisyphe, 2006)