buy zoloft ambulatory improvement buy clonidine process care buy strattera AIHA Coverage cells buy lexapro Langerhans Conference buy neurontin education buy coumadin coinsurance
buy tetracycline online

Histoire de l’aide internationale au Québec (entrevue avec Pierre Beaudet)

Pierre Beaudet est professeur à l’École de développement internationale et de mondialisation de l’Université d’Ottawa. Il nous a accordé une entrevue à propos de ses deux derniers livres.

On a raison de se révolter : Chronique des années 70 (Écosociété, 2008), est une biographie écrite dans une prose littéraire étonnante qui traite de son militantisme de jeunesse au sein de nombreux groupes de gauche radicale dans les années 1970.

Il y souligne le dogmatisme omniprésent des groupes marxistes-léninistes qui ont accaparé plusieurs années de sa jeunesse. Sans nostalgie, avec 30 ans de recul, il tire de dures conclusions de ses expériences de militant radical. « Aujourd’hui, des siècles semblent nous séparer de cette épopée. Bien des choses ont disparu, y compris – assez rapidement d’ailleurs – les projets « marxistes-léninistes » qui nous ont tant empoisonné la vie durant ces courtes années. Les grandes illusions, les grands récits, les grandes exaltations d’antan appartiennent de fait à un passé mort et enterré. »

« Pour moi, dit-il, il ne s’agit nullement de réhabiliter des projets et des mythes qui ont erré, tant sur le fond que sur la forme. Je ne le sais que trop au travers de ma propre histoire. Notre impétuosité avait des côtés terriblement destructeurs. Comme nombre de mes amis, j’avoue avoir été à la fois victime et bourreau. J’ai vécu trop d’aventures délirantes, qui n’ont abouti à rien et m’ont laissé un goût de cendre. Utilise-t-on de vieilles briques pour bâtir une maison neuve? Fondamentalement, il n’y a plus rien à « réhabiliter ». C’est tout simplement impossible. »

Mais, Pierre Beaudet n’a pas abandonné ses idéaux de justice sociale et de monde meilleur pour autant. Malgré ses errements de jeunesse, pour lui l’avenir reste à gauche. C’est d’ailleurs dans une gauche non dogmatique qu’il est resté actif depuis les deux dernières décennies. En plus d’étudier les mouvements et forums sociaux, il a dirigé l’organisme non gouvernemental Alternatives pendant plusieurs années. C’est précisément ce deuxième thème qui est mis de l’avant dans son autre livre, Qui aide qui? Une brève histoire de la solidarité internationale au Québec (Boréal, 2009).

Dans ce livre, il retrace les débuts de l’aide internationale au Québec chez les missionnaires Jésuites qui, dans la première partie du XXe siècle, recrutaient jusqu’à 5000 Québécois par année afin de les envoyer en mission un peu partout sur le globe. Que ce soit en Asie, en Amérique latine ou en Afrique, les Canadiens français étaient à l’époque les plus grands pourvoyeurs de « Robes noires » de l’Église catholique dans le monde.

Beaudet expose aussi le rôle et l’héritage de plusieurs grands personnages du Québec qui ont influencé l’approche de l’aide internationale du Québec et du Canada : Normand Béthune, Albert St-Martin et Paul Gérin-Lajoie.

Pierre Beaudet a accepté l’invitation des Publications universitaires et s’est déplacé aux studios de CHOQ FM pour parler de ses deux deniers livres.

Pour écouter cette entrevue, cliquez sur le lecteur ci-dessous :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.


Vous pouvez également télécharger cette entrevue en format MP3.